Saint-Bacchus 2010-2011. La Selection des Vins du Roussillon

Visionner en ligne Télécharger
Mardi 12 Décembre 2017 Site Web Web TV Application iPhone

Les origines

 

 

Ici la vigne est plus que millénaire, la terre bénie des dieux. Les premières traces de culture de la vigne et du commerce des vins remontent à l'Antiquité grecque.

Aux VIIIe et VIIe siècles avant l’ère chrétienne, les marins grecs de Corinthe se livraient à un fructueux cabotage et l’une de leur cargaison, le fer des Pyrénées, les amenait souvent à mouiller dans les criques de notre Côte Rocheuse. Le Canigou, repère facile, haut de près de 2 800 mètres, les guidait. Au cours de leur colonisation temporaire, ils installèrent la vigne. Pline l’Ancien atteste sa présence au pied des Pyrénées maritimes, en faisant l’éloge des vins doux de ce pays.

Au XIIIe siècle, Arnau de Vilanova, médecin du Royaume de Majorque, découvre le mariage miraculeux « de la liqueur de raisin et de son eau-de-vie » et réalise les premiers mutages : une lettre patente de Jaume II (Jacques II), Roi de Majorque, écrite le 17 novembre 1299 à Perpignan, en codifie l’usage. Plus près de nous, les vignobles s’étendent ou régressent au fil des circonstances. L’arrivée du chemin de fer à Rivesaltes représente l’accélération majeure. Elle développe une forte demande de vins destinés au coupage avec les vins d’Afrique du Nord. Ils alimentent les grandes villes, en pleine expansion, où la consommation progresse.

Le véritable développement du vignoble s’effectue entre 1741 (9 000 ha) et 1882 (76 000 ha) : c’est lors de ces dernières années qu’il est en partie dévasté par le phylloxéra. Un recensement de 1891 ne répertorie plus que 42 000 ha. Les nouveaux vignobles greffés sur plants américains s’installent et le vignoble renaît. Rapidement, accélérée par les progrès de la mécanisation, une frénésie de replantation sans précédent souffle sur la région (en 1906, le vignoble atteint 65 000 ha !), mais favorise la plantation de cépages peu qualitatifs qui donnent des récoltes très abondantes de vins légers et sans saveur. Peu à peu, la qualité remplace la quantité.

L’INAO, créé en 1936, accompagne cette politique courageuse récompensée par la reconnaissance des AOC Rivesaltes, Banyuls et Maury en 1936, Muscat de Rivesaltes en 1956, Banyuls Grand Cru en 1962, Collioure en 1971, Côtes du Roussillon et Côtes du Roussillon Villages en 1977 et désormais des Indications Géographiques Protégées pour les Vins de Pays depuis 2009.